Découvrir Toulouse & ses hôtels particuliers avec l’association Mirabili’art

Une fois n’est pas coutume, je commence cet article à chaud (après avoir passé l’après-midi dans le froid)… et le laisse un peu en plan pour quelques jours. C’est un week-end pas comme les autres que j’ai passé il y a quelques semaines : le week-end des Journées Européennes du Patrimoine ! Avec le joli programme proposé sur Toulouse et beaucoup de lieux y participant, il a été dur de faire un choix… C’était sans compter sur les idées proposées par Nathalie, une collègue muséographe (si vous ne connaissez pas encore ce métier, je vous invite à suivre sa page Facebook qui mêle les coulisses de ses projets et inspiration de sorties culturelles). Et si on s’inscrivait à un circuit guidé par des étudiants en histoire de l’art ?

 

L’association Mirabili’art et ses étudiants passionnés

C’est une association pour la valorisation du patrimoine toulousain et de sa région, ainsi que la professionnalisation de la formation universitaire en Histoire de l’Art. Ce sont donc des étudiants (passionnés) en Master et Doctorat de Histoire de l’Art de l’Université Toulouse II-Jean Jaurès qui font vivre bénévolement cette structure.

Le partage des savoirs est au cœur de ce projet. Valoriser c’est ainsi vous faire découvrir à travers nos yeux de spécialistes les merveilles de notre patrimoine, de vous les expliquer tout en attirant votre attention sur les dangers toujours plus nombreux qu’elles encourent.Mirabili'Art

Quand en 2010, le département d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de l’Université Toulouse II-Le Mirail s’associe à la DRAC pour la journée du patrimoine, les balades et conférences gratuites proposées par les étudiants font un carton ! L’année d’après, l’association est montée et le petit groupe organise de plus en plus de circuits, anime d’autres conférences et partage leur amour de l’histoire.

 

Découvrir le Toulouse de la Renaissance

Bref, c’est donc comme ça que nous avons rencontré Mathilde et Marion. Elles nous accompagnaient pour 2h de balade dans le Toulouse du XVIe siècle… Et oui ! Quoi de mieux que les Journées Européennes du Patrimoine pour découvrir les bijoux toulousains ? Et parmi ses trésors : ses hôtels particuliers et leurs cours intérieures aux architectures toutes plus folles les unes que les autres.

Le rendez-vous est donné place de la Daurade, pour commencer la visite à quelques pas à l’Hôtel de Bernuy, rue Gambetta. Hôtel particulier de Jean de Bernuy, riche famille qui commerçait le pastel, il a été construit par Louis Privat de 1503 à 1533. Abritant aujourd’hui le collège et le lycée Pierre de Fermat, elle possède deux cours et une tour de style renaissance même si elle emprunte de nombreux éléments gothiques. Sous la voûte, amusez-vous à chercher le visage de chérubin parmi les fleurs sculptées…

 

La deuxième étape de cette balade est un lieu emblématique de la culture toulousaine : l’hôtel d’Assezat. Construit en 1555-1557, c’est Nicolas Bachelier, le plus grand architecte toulousain de la Renaissance, qui a conçu les plans. Hôtel particulier du riche marchand pastelier (oui, encore) Pierre d’Assezat, ce magnifique édifice abrite aujourd’hui la fondation Bemberg. 

 

On continue notre route en traversant les Carmes jusqu’à la rue du Languedoc où se trouve l’hôtel du Vieux-Raisin. Malheureusement, c’est un des hôtels particuliers qui montre le plus de stigmates de la pollution (notamment automobile), car devant sa façade se trouve un feu tricolore et les émissions sont plus importantes du fait des voitures qui redémarrent quand le feu passe au vert… La conservation du patrimoine est coûteuse et peu subventionnée. Nous avons particulièrement apprécié la sensibilisation et les explications (engagées) de Mathilde et Marion à propos de l’état de dégradation dans lequel étaient laissés de nombreux édifices historiques… Malheureusement, cela ne fait pas partie des priorités de la commune de sauvegarder son patrimoine historique, et les résidents n’ont souvent pas les moyens (cela se chiffre en millions d’euros, parfois plus…). Ci dessous, les mêmes éléments architecturaux d’une partie rénovée et d’une autre en attente de rénovation…

 

Le petit groupe repart en direction des Carmes vers l’hôtel de pierre, surnommé ainsi par les toulousain car c’est un hôtel à la façade uniquement (vous l’aurez deviné…) en pierre ! Chose assez unique à Toulouse, qui ne porte pas son surnom de Ville Rose pour rien. À l’époque, ils ont été jusqu’à soupçonner le bâtisseur d’avoir volé les pierres du pont neuf ! Il y avait même une phrase populaire qui disait « Il y a plus de pierres du pont dans l’hôtel de pierre que sur le pont en pierre » !

Là, clairement, on arrive devant la façade et on ne peut que s’émerveiller… Le niveau de détail, la délicatesse des sculptures, c’est juste grandiose ! Mais c’est assez personnel comme avis, puisque j’ai quand même entendu deux mamies se plaindre « Bof, c‘est vraiment surfait, trop c’est trop!« . Hum.

 

Dernière étape de cette jolie balade au coeur de Toulouse, c’est l’hôtel de Molinier. Il est édifié dans le deuxième quart du XVI e siècle pour Gaspard Molinier, conseiller au Parlement de Toulouse entre 1537 et 1570. Très jolie façade qui donne sur une première cour avec une tour renaissance et une deuxième cour plus aérée et verte.

Comme une idiote, je n’ai pas pris de notes pendant la balade donc j’avoue que, même en ayant été attentive aux commentaires, je n’ai pas retenu assez d’explications pour les détailler dans cet article. Surtout que n’étant pas du métier, j’aurai été prudente dans ma retranscription.

En tout cas, je vous recommande les événements de Mirabili’art et je vous invite chaleureusement à suivre leur actu ! La formule proposée par ces étudiants est fraîche et pertinente. Les interventions sont ponctuées d’anecdotes historiques et de sensibilisation aux enjeux de la conservation du patrimoine. Tout au long de l’année, ils proposent des rendez-vous pour les amateurs d’histoire(s), les amoureux de Toulouse, ou les simples curieux.

EnregistrerEnregistrer

Vous aimerez aussi...

4 comments Add yours
  1. J’aimerais beaucoup entrer dans l’Hotel d’Assezat! Je n’en ai jamais exploré que la cour, qui est déjà très jolie.
    Et je connaissais l’Hotel Molinier sans savoir qu’il s’appelait ainsi, par contre je l’ai toujours vu fermé. Très jolie cour aussi!

    1. Profites-en pour l’hôtel d’Assezat, la fondation Bemberg est vraiment top ! C’est l’avantage des Journées du Patrimoine, on peut rentrer dans des cours intérieures privées et ouvrir grand les yeux !

  2. Tiens on a fait la même visite, je me suis vu sur une des dernières photos ! 🙂
    Toujours des visites très intéressantes avec Mirabili’art.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *