C’était un matin de décembre, un dimanche comme ceux que j’apprécie tant. On s’est retrouvés, quelques vaillants coworkers d’Etincelle Coworking et moi, sur un parking toulousain. C’était tôt, très tôt, trop tôt pour moi ce jour-là. J’ai donc retrouvés mes courageux amis, chacun engoncé dans son écharpe, partageant le thé d’un petit thermos. Tout le monde était de bonne humeur, ce qui donnait le ton de la belle journée à venir. Une gorgée de thé et c’est parti !

La météo faisait des siennes, épais brouillard sur la route, on n’avait plus qu’à espérer dépasser les nuages en prenant de la hauteur dans les Pyrénées. Le trajet passe rapidement, surtout quand on est bien accompagné. Juste le temps de s’arrêter en Ariège prendre un café, se ravitailler en pain et pâté pour le pique-nique et on retrouve Denis, notre guide pour la journée.

Denis c’est le Dahu Ariégeois, il est guide-accompagnateur en moyenne montagne. Il propose différentes balades et expériences en Ariège : sorties trail, jeux de pistes, séjours à thème, balades en chiens de traineaux… Mais aujourd’hui, au programme, c’était raquettes !

Direction le Col de Port, à 1h30 de Toulouse. On arrive devant le petit restaurant La Sapinière, où quelques voitures sont déjà garées. Pour la météo, on reviendra ! Heureusement tout le monde a anticipé et chacun est bien couvert. Il doit faire 5 degrés, avec des chutes de neige prévues dans l’après-midi. Autant vous dire qu’on a vite commencé la balade pour passer entre les flocons !

Raquettes chaussées, on a commencé à marcher, d’abord sur une piste, puis à monter dans la forêt. Quelques virages en épingles plus haut, au beau milieu d’une hêtraie sapinière, nous faisons quelques pauses pour compenser le dénivelé qui accélère nos rythmes cardiaques. Denis nous fait oublier le froid avec des explications sur les Pyrénées, la vallée, la nature. Il nous raconte l’histoire du dahu, ce mystérieux animal de la montagne qu’on ne peut pas prendre en photo, avec ses pattes plus courtes d’un côté. Il multiplie les anecdotes. On sourit malicieusement, certains y croient… De jolis moments partagés.

On arrive enfin à la limite de la forêt, avant de passer sur l’autre versant de la montagne, en plein vent, on en profite pour se poser pour pique-niquer tous ensemble. Quand on reprend la balade, on arrive sur une partie enneigée vierge de tout passage. On apprécie ces moments uniques, à créer notre propre trace, avec en fond le seul bruit de nos raquettes sur la neige. On arrive donc à flanc de montagne, et on commence à descendre. Au loin : la vallée de Saurat. Le temps de redescendre, on se fait surprendre par la météo. On perd de vue le chemin initial, on descend là où on peut. Avec les flocons qui nous fouettent le visage, on se croirait en expédition avec Mike Horn ! À ce moment-là, j’avoue, je me demande vraiment ce que je fais là un dimanche et je me surprend à rêver au chocolat chaud que je vais pourvoir boire en rentrant…


La Minute Sincérité : C’est une initiative personnelle de partager la journée qu’on a passée avec Le Dahu Ariégeois. Aucun partenariat, ni rémunération derrière cet article. Juste une vraie et authentique bonne expérience qui vaut le coup d’être soulignée.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer