On se retrouve pour un nouveau week-end dans ma région chérie ! Aujourd’hui pas de randonnée ni de montagne, mais plutôt un peu culture, d’art & d’histoire.  C’est à l’occasion du salon des blogueurs voyage We Are Travel que j’ai passé un week-end en avril (mmh tant de retard) en Aveyron, ce département au nord-ouest de l’Occitanie. Alors évidemment, en un week-end, je n’ai pas pu explorer tout le territoire… Mais j’ai été chaleureusement accueillie par l’Office de Tourisme de Rodez avec un petit groupe de 5 autres blogueuses, pour découvrir la cité ruthénoise grâce à un programme concocté avec soin. Et j’ai une bonne nouvelle : pas de privilèges inaccessibles réservés aux blogueurs, vous allez pouvoir vivre la même expérience que nous ! Prenez votre sac à dos et votre appareil photo, je vous emmène !

 

Rodez, ville de caractère entre patrimoine et modernité

9h – Flâner dans la vieille ville de Rodez

On m’avait prévenue que je tomberai sous le charme de cette ville aux ruelles médiévales et aux maisons bourgeoises, c’est donc avec beaucoup d’impatience que j’attendais ce week-end ! Les origines de Rodez remontent à l’époque des gaulois, mais les vestiges encore visibles datent du Moyen-Âge, comme notamment les remparts qui délimitaient deux puissances : celui des Comtes de Rodez, les maîtres du Bourg, et celui des Évêques, les maîtres de la Cité.

On commence la balade par la Maison canoniale et sa petite cour intérieure. On remarque les décorations des coquilles sur le puits, symbole des pèlerins sur la route de Conques sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, et on apprend que cette demeure leur servait d’étape. On y découvre aussi une spécificité de Rodez : le grés rouge, venant d’une carrière proche de la ville dans la vallée de Marcillac.

L’air est frais, et la journée plutôt ensoleillée. Un temps parfait pour arpenter les petites ruelles calmement. On pénètre ensuite dans une très belle cour où on découvre la Maison de Benoît, datant également du XVe siècle, et sa balustrade de style gothique flamboyant.

Autre témoignage de l’époque médiévale de Rodez : le passage du Mazel. Construit en 1319, c’est le seul exemple de marché couvert en pierre conservé du Sud de la France. Il abritait à l’époque les mazeliers, c’est-à-dire les bouchers, et, rénové en 2013, est toujours un lieu commerçant fréquenté par les Ruthénois.

Petit passage devant la Maison de l’Annonciation et la Maison d’Armagnac, deux magnifiques demeures à encorbellement datant de la première moitié du XVe siècle dont les détails architecturaux affirment les richesses des familles ruthénoises. Médaillons représentants les comtes, fenêtres encadrées de pilastres d’inspiration italienne antique, dalles de pierres plaquées sur les colombages.

Définitivement, Rodez est le foyer de la Renaissance dans le Rouergue, grâce aux évêques qui ont côtoyé la Cour du roi de France et qui ont ramené ces idées Renaissance.

 

10h30 – Visiter le Musée Soulages et s’imprégner de son art

Après cette petite balade dans le coeur historique de Rodez, c’est une toute autre facette de la ville que je vous propose de découvrir. À travers une figure qui a beaucoup compté pour Rodez et qui joue encore aujourd’hui sur la renommée de la ville : Pierre Soulages. Quand en 2005, l’artiste et son épouse font une donation de plus de 300 oeuvres, la communauté d’agglomération du Grand Rodez entame alors les démarches nécessaires à la construction d’un nouveau lieu culturel pour accueillir cette collection labellisée « Musée de France ». Autant pour le choix du cabinet d’architecte qui a dirigé le projet que sur la sélection des matériaux, Pierre Soulages a gardé une voix sur tout. La première pierre fut posée en 2010 et le musée a ouvert en Mai 2014 sur 1700m2 dédiés à l’artiste ruthénois et 500m2 consacrés à des expositions temporaires que Soulages a souhaitées d’envergure internationale. Chaque bloc est dédié à un de ses univers.

On y découvre donc l’artiste, son histoire, sa réflexion artistique et cette question qui semble l’occuper : comment apporter de la lumière dans ses oeuvres ? Je le connaissais mal, j’avais simplement en tête ses outrenoirs dont la réputation le précéde. J’avais lu « le peintre du noir et de la lumière », et c’est exactement ce que j’ai pu retrouver dans ce musée. Sincèrement, je n’ai pas été déçue par le bloc consacré à ses outrenoirs. De plusieurs formats, certains sont vraiment majestueux et selon les rayons du soleil, les  noirs se parent de nuances, de lumière, de teintes ocres et dorées parfois… Il a finalement trouvé la lumière en saturant totalement ses toiles. C’est vraiment une expérience à admirer, qui doit probablement changer dans la journée selon l’heure, la luminosité, la météo…

Un autre bloc à avoir particulièrement attiré mon attention est celui consacré aux vitraux de l’Abbatiale Sainte-Foy de Conques. En collaboration avec le maître verrier Jean-Dominique Fleury, il a mis 7 ans à la conception et la réalisation du fameux verre. Une des salles est notamment orientée sur l’étude et la recherche du matériau parfait pour les réaliser. Là encore, selon l’heure de la journée dans le monument de Conques, l’expérience chromatique est différente allant des tons violets aux orangés.

Musée Soulages – Jardin du Foirail, Avenue Victor Hugo à Rodez – Plus d’infos

 

12h -Déjeuner en terrasse à la Maison des Thés

De retour en centre ville pour le déjeuner dans un petit restaurant à la terrasse toute mignonne pour déguster des plats frais et sains, préparés maison à base de produits de saison. Dos d’églefin, caviar d’aubergines, boulgour et quinoa, quelques asperges pour moi… De quoi faire une bonne pause gourmande et saine avant de repartir pour le reste de la journée. D’autres ont opté pour une salade saumon et galettes de patates, tout aussi gourmande, et je ne vous parle même pas des desserts…

La Maison des Thés – Place de la Mairie à Rodez – Menus entre 12 et 16€ – Plat du jour à 9,80€

 

14h – Découvrir la Cathédrale de Rodez jusqu’à son sommet

Place maintenant à un peu de sport. Nous nous sommes retrouvées sur le Parvis de la Cathédrale… pour une ascension jusqu’à son sommet ! Si vous avez suivi mes précédentes escapades, vous savez à quel point j’adore prendre de la hauteur pour découvrir une vue différente sur la ville. Aujourd’hui, c’est 400 marches que je vous propose de gravir pour accéder au haut du clocher et sa vue panoramique sur Rodez. À chaque pas qui me rapproche du sommet, je me languis de la vue 360°… Et vous savez quoi ? Je n’ai pas été déçue ! Tout au long de l’ascension, la guide nous explique l’histoire de la cathédrale avec pleins d’anecdotes sur sa construction, ses cloches, ses particularités…

 

Fin de journée en terrasse et dîner au pied de la Cathédrale

Le Coq de la Place a cet avantage qu’on ne peut que lui envier : être littéralement au pied de la jolie cathédrale de Rodez. Cette petite brasserie sert une cuisine généreuse, aux bonnes saveurs de chez nous. Légumes frais, viandes, petits plats en sauce : une cuisine simple mais savoureuse. Parfait pour un diner sans prise de tête !

Le Coq de la Place – Place d’Armes à Rodez – Menu 16,50€ – Plat du jour à 10,50€

 

Pour découvrir les autres blogueurs avec lesquels j’ai partagé cette journée et leurs univers, rendez-vous sur leurs blogs : Voyageurs Gourmands, My little roadBycoralieblog, La fille de l’encre, Voyager en photos.